Le temps ne sait rien

bernard noel

le temps ne sait rien de nous il est seulement

ce trou qui passe dans les yeux

une porte par qui sortir vers le début de l’avenir

toujours je t’attends derrière

ton visage qui sait

où s’achève le tu

il y a cette déchirure

et puis le commencement

a déjà commencé

un pronom sans fin

 Bernard Noël