À l’approche du soir

je suis comme  un enfant désarmé à l'approche du soirLa route reconnue du fond de l’enfance
la porte passée
ce jour
entre tous les jours on attend
— au travers du lit froissé
à l’écoute des vagues
à portée des signes tout englués de sable —
je ne sais quelle
tranquillité (grâce silencieuse)
une ouverture de paix
le rôle d’un port d’attache

et puis autre chose encore

le vide

Il fait si sombre Je voudrais dormir
Je suis comme un enfant désarmé
à l’approche du soir

Martine Morillon-Carreau