Michel-Ange / À la toile ou au marbre…

Com’ esser, donna, puote…

 

 

 

 

Comment se peut-il (et cependant l’expérience l’atteste) qu’une figure,
tirée d’un bloc insensible et brut,
ait une plus longue existence que l’homme dont elle fut l’ouvrage ;
et qui lui-même, au bout d’une brève carrière,
tombe sous les coups de la mort ?
L’effet ici l’emporte sur la cause, et l’art triomphe de la nature même.
Je le sais, moi pour qui la sculpture ne cesse d’être une amie fidèle,
tandis que le temps, chaque jour, trompe mes espérances.
Peut-être puis-je, ô mon amie,
nous assurer à tous deux un long souvenir dans la mémoire des hommes,
en confiant à la toile ou au marbre nos traits et nos sentiments.

Mille ans après nous encore,
on saura quel fut mon amour pour toi ;
on verra combien tu fus belle,
et combien j’eus raison de t’aimer.

Michel-Ange / SONNET XIII
Les poésies de Michel-Ange  (sonnets)  recueillis par Ascanio Condivi

D’autres Michel-Ange :  A B C