Villes avec mon visage qui revient

elle
villes avec espoir dans la mire des sanglots
pensons-nous que l’aube est un mot
ou avons-nous dit par erreur tengo sueno
ce matin-là dans une ville du continent
le sourire fut sève d’abondance
au-delà de tous les calendriers
je respire lentement la vie
à l’intérieur des mots je vois
des fresques
des femmes lovées dans la joie d’errance et d’infini

Nicole Brossard