Ne fermez pas la porte

polloniaIls ont longtemps marché
Ils viennent de ces chemins
Où les hommes et les femmes
N’ont jamais eu qu’un coin du feu
Pour y chanter la peine l’amour et le travail
Ils sont des gens du bord de l’eau et de la terre
Là-bas
Chez eux où la parole commence par le chant
Là-bas où le vent de l’histoire des autres
A souvent déchiré la paix sur leurs rivages
Leur laissant au cœur de vieux chagrins

Ne fermez pas la porte

Ils viennent d’une mémoire
Qui n’est pas racontée sur les bancs des écoles
De ces mémoires
Que seules les pierres racontent encore
Ce qu’ils ont au coeur est sur leur visage
Les mots qu’ils disent sont des mots simples
Qui parlent de vie de dignité
Quand d’autres pourraient croire
Que chez eux tout est perdu
Quand d’autres pourraient croire
Que tout s’est arrêté dans les veines de leur avenir
Un jour
On leur a dit que leur langue n’en était pas une
Que leur terre était pauvre
Ils y ont consenti
Ils n’y ont jamais cru

Ne fermez pas la porte

Jean-François Bernardini / I Muvrini                                                                            Portrait de ma grand tante Appolonia en Corse