ÉTHIQUE-ESTHÉTIQUE

FéV
13
2012

Effigies de villes

EFFIGIES DE VILLES
« Cette société qui supprime la distance géographique recueille intérieurement la distance, en tant que séparation spectaculaire. »
167 – La Société du Spectacle / Guy Debord Paris 1967

La fin du grand rêve Américain !
La grande métropole contemporaine, comme toutes les villes qui l’ont précédée dans l’histoire, en Amérique, porte l’empreinte d’une réitération permanente. Organisées en réseaux d’échanges économiques et culturels de plus en plus vastes les conurbations sans structure spatiale claire, informes, s’abrègent en une posture caractérisée par la mitoyenneté de réseaux de communication générant des solitudes existentielles. 

Ses habitants placés en contact direct avec les grands appareils mondiaux (fondés désormais sur l’accès à l’information) sont de plus en plus seuls dans un monde aliéné à la compétition. Ils n’entretiennent dorénavant de rapports intimes qu’avec la technologie. 
La figure de son antihéros positif hante les réflexions anthropologiques contemporaines, mais aussi des cultures plus accessibles tel que : la littérature de science-fiction, le cinéma, l’Internet. Le décor dans lequel il déambule sa silhouette prosaïque est cette ville contemporaine. Son ciel s’est obscurci le soir d’un 11 septembre de 2001 comme en une Odyssée du même nom. 
Le chevalier, Héraut du moyen-âge ; l’Homme, sujet idéal de la Renaissance ; l’Honnête Homme, protagoniste du Grand Siècle ; le Citoyen, acteur des Lumières ; l’Individu, Figurant de la Civilisation de la Communication, n’est toujours qu’un devenir, une hypothèse, une fiction. Faut-il s’alarmer de ses invariances ou se réjouir de ses revirements ? Pour Rem Koolhaas, cette question semble n’avoir pas de sens.
Le mythe que l’Androïde est sensé incarner pourtant , ( l’utopie qu’il prospecte) pourrait bien être dans cette réinvention perpétuelle de l’image de l’ Homme. Elle est un des indices les moins équivoques de l’humanité justement. La ville, (sa forme et sa non-forme aussi), est son paysage intelligible. 
C’est ainsi que Frank Gehry au changement de millénaire vient d’y annoncer à Frank Lloyd Wright grâce à Edward Hopper:  la fin du Grand Rêve Américain.
Guidu Antonietti Architecte

COMMENT : Off
About the Author
Guidu Antonietti di Cinarca Architecte DPLG, né en 1950 à Ajaccio, Président d'Archipel Architectes Associés : _________________ " Servir l’humain plutôt que le profit ! "