Un songe résolu de Lucio Fontana

on ne compare pas les mots à l’épée mais à la flèche car une fois utilisés, fichée quelque part elle ne revient jamaisVigoureusement colorés
Les cieux sous l’orage ployaient de déraison.
Soudain, un oiseau pétulant décida que l’illusion s’interromprait.
Afin de sertir de vérité le mensonge non-dit,
Il s’envola en une traînée bistre.
Cette trace était si incongrue que l’on crût que cesserait la dérision,
Mais ce n’en était pas une,
C’était plutôt une sorte de blessure
Qui traçait sur la toile la preuve d’un irréfutable talent.
Celui que seuls nantis d’une mémoire résolue éprouvent.
Qui sont-ils ?
Combien sont-ils ?
Deux, trois pas plus.
Ceux pour qui l’amour est un feu sans cesse perceptible

 

En dépit des cendres.

G.AdC (19 janvier 2009 )

Lucio Fontana ?