Solstice instantané

 

 

 

 

 

 

alanguie d’un sommeil réel
le chat dans la froidure réclame la porte ouverte
le ciel à la Tiepolo rougeoie comme il le fait rarement
dans quelques jours les jours enfin rallongeront
le temps viendra alors de dire aux peintres
ce sont vos pinceaux qui rythment les saisons
et n’en déplaise aux critiques
vos traces que l’on croit trop souvent sans signification
valent bien ce rai de lueur au couchant d’occident

 

Guidu Antonietti di Cinarca

Cette photographie n’est pas un collage,
mais une simple instantanée  de reflets dans une vitrine de NYC en 2010