Projets d’acier

J’ai vu les grandes digues au loin
Bâties contre l’assaut du temps

Leurs démesures
Brisées par l’ondulante beauté du sel

Des ambitions
Et des rochers gravés jusque dans les cimes

Réduits à une vieillesse lente de galet

Je vois aujourd’hui des hommes creuser la mer
Et retourner la terre

Des projets d’acier dépliés devant l’abîme

Des fumées noires qui s’élèvent
Au-dessus des torses nus

Et des villes fulgurantes ravagées de trous

C’est ainsi
L’oubli
Après l’usure
Qui voudra cette douceur
Qui ne polit que des cailloux

Lionel Jung-Allégret