Poumon d’oiseau éphémère

à Bérénice

je repense
à l’homme
qui revit soudain
entouré de sa famille
on le croit sauvé
il sourit
le soir il semble fatigué, nerveux
et le lendemain, prostré,
agonique
la mousse verte
comme une crème
une mousse d’étoile
a envahi son corps
de poumon et d’algues
il ne respire plus


Béatrice Bonhomme

Son portrait par mes soins