Cet ancien lieu

 

J’étais cet enfant dans l’arbre, ramassé
sous les branches, embrassé par le grand corps
écartelé de la ramure, j’avais un lieu
d’où je pouvais voir le monde, et peut-être le dire.

Cet ancien lieu, nous le cherchons tous à tâtons
dans nos vies, à tous les embranchements,
dans tous les nœuds que serre le bois mort
de nos émotions.

Du haut du mât de l’arbre quelle est cette terre
neuve, ce mystère inaccédé qui mange nos yeux,
comment démêler l’entrelacs de hasards
qui coud les branches et découpe l’île prochaine ?

Je suis encore cet enfant sans autre âge que l’éternité,
et qui habite follement cet arbre immense :
son feuillage nocturne recouvre désormais
le ciel entier, trouant les étoiles.

Emmanuel Merle