Ceci est ma forêt

 

Ceci est ma forêt. J’entretiendrai cette exubérance de piliers, mais que pourraient-ils soutenir, ô maçons ! Et que l’on ait pris soin de balayer le sol quand le feu vient d’en haut, qu’il plonge sur ma forêt !
Ceci est ma forêt. Est-ce ma maison ? Cela ne se règle pas par un jeu d’écriture. Et si c’est une maison, elle est ouverte. Non pas cette porte en face de moi, ces silhouettes. Ouverte à tout autre chose. À ce tout autre qui est là, que les piliers ne peuvent contenir. Ouverte, simplement ouverte comme une déchirure de lumière. Une déchirure, oui. Les piliers ne sont là, qui paraissent soudain s’épanouir, vivre, que pour m’épauler.
« Suis-moi… » Je retrouve en moi ce début de phrase. Je m’arrête à ce début. Si encore je pouvais m’accomplir en tant qu’homme, me hausser un tout petit peu. Leçon de piliers sans doute. Si encore j’étais capable de me repêcher, n’est-ce pas ?

Pierre-Albert Jourdan