Seul optimisme conséquent…

dechiffre_la_tactique_du_geste_rude« L’intellectuel progressiste se débat sans cesse entre Narcisse et Prométhée. Parfois, l’image du miroir le rattrape et commence alors son inexorable mue en nouveau soldat du méga marché néo-libéral. Il lui arrive aussi de briser le miroir et de découvrir non seulement la réalité qui se cache derrière, mais les autres qui ne sont pas comme lui, et qui ont également brisé leurs miroirs respectifs. La transformation d’une réalité ne peut être le fait d’un seul acteur ; aussi fort, intelligent, créatif et visionnaire soit-il. Ni les acteurs politiques et sociaux ni les intellectuels ne suffisent pour mener à bien cette transformation. C’est un travail collectif. Pas seulement dans l’action mais dans l’analyse de cette réalité, et dans les décisions de ce mouvement de transformation. » Ce n’est pas de moi mais du sous commandant MARCOS et je pense que les Architectes tout progressistes ou d’avant garde qu’ils soient ne peuvent se contenter d’être attentifs aux nécessités psychologiques des individus faute de n’être que des tigres de papier … DEBORD dont je connais la totalité de l’œuvre, les SITUATIONNISTES que j’ai fréquentés dans ma jeunesse avec ce seul « discours d’avant garde » ne sont pas parvenus à réduire le Marché …Il nous reste à nous professionnels du cadre bâti à le combattre encore et encore dans nos projets aux services du plus grand nombre car le peuple des formes et des couleurs est le seul au monde avec celui des chiffres et des graphes, à n’avoir ni drapeau ni frontière. Contrairement à la science dont l’histoire compose un musée des erreurs, et où chaque paradigme nouveau est appelé à s’effacer sous le suivant, l’Art ne se périme pas. Il peut même rajeunir en vieillissant. Etre capable de déceler dans l’individualisme le serpent qui se mord la queue. Savoir que le monde marchant sépare les hommes au lieu de les réunir, faute de leur proposer quelque valeur que ce soit. Voilà une raison de plus d’exister. Un marché mondial ne fera jamais un monde commun ; et la course à l’innovation ne nous arrachera pas à la redite parce qu’au client, à l’usager, au chômeur, manquera toujours une valeur ajoutée englobante et donnant sens. L’Art est le seul optimisme des pessimismes conséquents car c’est par les formes muettes de l’expression que les cultures se parlent, et se fécondent. Ce sont elles qui jettent les meilleures passerelles entre générations et continents.

Photo: Fontana dei Quattro Fiumi (1648 – 1651)  Gian Lorenzo Bernini, piazza Navona, Roma